Maude Benoit

Maude Benoit est professeure au département de science politique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) depuis 2016. Dans ses recherches, elle s’interroge sur les transformations de l’action de l’État au 21e siècle, période bien différente de celle de l’âge d’or de l’État-providence (1945-1975). Elle adopte une approche qualitative et comparée, avec comme terrains d’enquête de prédilection le Québec, la France et le Canada. Sa thèse a été réalisée en cotutelle entre l’Université de Montpellier (France) et l’Université Laval (Québec) et s’est méritée en 2016 le Prix Bélanger-Andrew pour la meilleure thèse de doctorat en science politique de la Société québécoise de science politique, en plus d’être finaliste en 2017 pour le Prix Vincent-Lemieux récompensant la meilleure thèse de doctorat en science politique rédigée au Canada de l’Association canadienne de science politique.

Gabrielle Leblanc-Huard

Détentrice d’un certificat en histoire de l’UQAM, Gabrielle Leblanc-Huard étudie actuellement au baccalauréat en gestion publique. Passionnée de politique, elle s’intéresse particulièrement aux politiques publiques dans le domaine de la santé et des services sociaux, mais aussi à l’évolution des entreprises publiques. Elle entretient une réelle fascination pour les mutations de l’État au 21e siècle et la managérialisation des services publics.

Gabriel Lévesque

Gabriel Lévesque est candidat à la maîtrise en science politique à l’UQAM. En plus de son implication au sein du groupe de recherche État 21, il est chercheur en résidence à l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand. Ses recherches portent généralement sur l’usage des sciences en politique et sur les conditions économiques et sociales de la production scientifique. Sous la supervision de Maude Benoit et de Frédérick Gagnon, son mémoire de maîtrise fait l'analyse des discours accompagnant la reformulation des politiques en matière de légalisation du cannabis au Québec, en Ontario et au Maine.

Léonie Perron

Léonie Perron est diplômée du département de science politique de l'UQAM. Elle détient un baccalauréat en communication politique et société (2015) ainsi qu'une maîtrise en science politique – concentration administration publique et politiques publiques (2019). Elle s'intéresse à la mise en œuvre des politiques publiques dans un contexte de transformation du rôle de l'État-providence au 21e siècle. Ses recherches portent principalement sur la prestation des services à domicile offerts aux aînés au Québec.

Pascal Ricard

Pascal Ricard est candidat à la maîtrise en science politique à l’UQAM et détenteur d’un baccalauréat dans la même discipline. Ses intérêts de recherches sont les questions de la privatisation et de la nationalisation des entreprises publiques au Canada. Son projet de mémoire est une démarche exploratoire sur les motivations qui ont mené l’Ontario à partiellement privatiser en 2015 Hydro One, société d’État responsable de la distribution de l’électricité dans la province.

Paul Treille

Paul Treille est candidat à la maîtrise en science politique à l’UQAM et diplômé d’un baccalauréat dans la même discipline. Ses champs d’intérêt sont les politiques agroalimentaires, les groupes d’intérêts et les questions environnementales. Sous la supervision de Maude Benoit, son mémoire de maîtrise porte sur l’influence des lobbys et la régulation des pesticides au Québec.